7 - La psychologie des profondeurs annonce le monde des archétypes

          Si la fonction des rêves est d’essayer de rétablir notre équilibre psychologique donc de reconstituer notre personnalité, il est cependant curieux de constater que dans tel ou tel rêve, on ne trouve pas - je le répète - d’association dans la vie du rêveur à propos d’un élément exposé dans un rêve; on dirait que le rêve travaille pour son propre compte. Ce genre de rêve nous présente donc un ou des archétypes, éléments d’une Connaissance inconsciente qui habite le rêveur, archétypes qu’on retrouve avec la même force dans l’histoire de l’humanité puisqu’il sont avérés par tous les continents et tous les temps dans les écrits des philosophes, mystiques, ésotéristes, alchimistes et autres cherchants qui ne se connaissaient pas à ces distances. C’est « l’homme vieux de deux millions d’années » dont parle Jung[1]. Cela pose profondément la question de la Parole, du Logos en action, de la présence voilée de la Parole à travers les millénaires de l’humanité. Mais cela pose aussi la question de la nature de l’âme.     

         Un de mes rêves : « Je suis servant de messe en aube dans une église et je chante un psaume en alternance le dos contre une colonne. Personne ne sait que j’improvise en regardant une image sur un tableau sombre ».

 Plusieurs éléments sont reconnaissables:

- un chant de l’âme dit improvisé, donc celui que la raison n’a pas contrôlé,

- un chant exercé sur une colonne terre‑ciel donc l’axis mundi,

- en présence d'un Autre invisible puisque je chante en alternance, à la façon d’un colloque intérieur avec un Autre sans représentation, donc l’ineffable.

- en regardant la lumière sur le noir c'est-à-dire la Lumière à partir des Ténèbres,

- le tout dans un espace sacré.

 

         Il apparaît dans ce rêve le monde de l'archétype. Marie-Louise von Franz le définit ainsi[2] : il est « un principe formateur de l'Univers, c'est-à-dire un facteur d'ordre universel et transcendant de l'être ». Il arrive en effet de manière transcendantale car – pour rester proche du mot - il traverse la conscience pour une élévation. Quelques exemples d’archétypes : dieu, Soi, mariage sacré, lune, soleil, ombre, puer aeternus, anima, animus, Logos, les nombres, la Grande Mère, Hermès, Hénoch, les formes géométriques etc.

         Un archétype a une sorte d'intelligence propre qui ne coïncide pas avec le "moi", il est donc psychoïde, autrement dit inconnaissable... à l'exception de certaines de ses irradiations que dévoilent les rêves. D'où le fait, pour aider le rêveur à se mettre à ce niveau des effets archétypaux, qu'il soit méthodiquement demandé l'obscurcissement de la lumière de la raison pour faire advenir la lumière spirituelle. En réalité, le travailleur de l’intérieur sait que son âme ne se réduit pas à la conscience raisonnable du moi, car cette âme SAIT bien d'autres choses que son "moi" ne sait pas.

         En effet, certains ont vécu dans leur expérience de rêves ce que disent les contes et légendes dans leur immense sagesse: ce sont les portes ou trappes qui révèlent une certaine porosité des frontières. Par exemple un de ces rêves : « j'arrive à une porte de maison et un homme qui ressemble à Jésus ose rentrer. Je le suis. Il fait naître des choses à l'intérieur. Par exemple, il porte des fleurs sur sa tête. Un vieux dit:  "c'est l'alchimiste". Et moi je suis dans la pièce, content d'y être car elle était auparavant toujours fermée ». Jésus comme symbole de l’intermédiaire, du guide qu’est Hermès entre ciel et terre, ouvre ma propre porte intérieure qui était fermée. Et il pousse des fleurs dans la maison, donc en moi, et sur sa tête, donc au niveau de la couronne royale et ce, en production de couleurs à la façon d’un alchimiste qui parle des différentes couleurs de l’opus alchimique. « C’est l’alchimiste » est dit par un vieux, donc par cet homme vieux de deux millions d’années dont parle Jung et qui est en nous, ce vieux qui sait tant de choses que je ne sais pas.

         Vigilance et persévérance ; il faut apprendre à lire les signes. « Connais toi toi-même et tu connaîtras le secret de l’Univers et des dieux » est le devoir du rêve.

 

                            Chercher ensemble ce que dit la profondeur des rêves...

Fontainedepierre,Pierre,Perrot,comprendre,coaching,enggement

                   ...comme une source vivifiante dont on ne savait pas l’existence.

( Par Raphodon — Travail personnel, CC BY-SA 4.0,)


 Pour lire le chapitre suivant de cet opuscule de Gaël de Kerret, suivez le lien :  

 8 - Les rêves, voix du monde des Archétypes

 


[1] C.G. Jung parle, édit. Buchet-Chastel 1985 p 76

[2] Marie-Louise von Franz, Nombre et temps, édit. La Fontaine de Pierre, 1998, p.206.